L'ARAD a décidé lors de sa dernière Assemblée Générale, d'organiser chaque année une journée d'aide et de soutien à une association caritative, une association humanitaire ou une ONG.
Pour cette première fois, le choix s'est porté sur RASF (Réseau Accueil Sans Frontières) et, plus particulièrement, sur le devenir des enfants "sans papiers" scolarisés via RESF 32 (Réseau Éducation Sans Frontières du Gers).

Le 26 juin 2004 des enseignants, des personnels de l'Éducation Nationale, des parents d’élèves, des éducateurs, des collectifs, des syndicats et des organisations attachées à la défense des droits de l’homme préoccupés de la situation des sans-papiers scolarisés (de la maternelle à l’université) ont décidé la création d’un réseau de soutien nommé Éducation Sans Frontières en s'appuyant sur l'article 8 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme qui préserve le droit à une « vie familiale normale ». Pour RESF, l'expulsion par un État d'étrangers en situation irrégulière lorsque leurs enfants sont scolarisés est incompatible avec la CEDH.

La mobilisation des réseaux a permis d’arracher des jeunes à la clandestinité. Tout est bien qui finit bien pour ceux-là. Des milliers d’autres jeunes, d’enfants, d’étudiants également subissent, eux aussi, le drame de la privation du droit à une existence décente, l’obsession de l’interpellation, la peur d’une expulsion pratiquée dans des conditions souvent honteuses, l’angoisse d’un avenir bouché par la privation du droit de poursuivre des études supérieures, de travailler, d’avoir un logement, de bénéficier de la Sécurité sociale, etc. Bref, d’être condamnés au dénuement et aux conditions de vie indignes auxquels sont réduits les sans-papiers. Il est du devoir des enseignants, des personnels des établissements scolaires, des élèves eux-mêmes et de leurs parents mais aussi des associations (parents d’élèves, défense des droits de l’homme, anti-racistes) et des organisations syndicales et autres d’agir pour tirer ces jeunes de la situation qui pourrit leur vie. (voir le texte fondateur de RESF ICI)

b_1_q_0_p_0

 "On est un enfant à protéger avant d’être un étranger à expulser" (Rozenn Le Berre).

Des associations de randonnée du département ont été contactées afin que leurs adhérents convergent le dimanche 9 octobre à Castelnau pour soutenir cette cause. Bien entendu, toute personne n'adhérant pas à un club de randonnée est bienvenue pour participer à l'évènement.
Une participation modeste de 2 € est demandée à chaque randonneur. La somme récoltée sera remise à RASF qui fera le lien avec les animateurs de RESF 32.

Le rendez-vous des randonneurs est fixé à 9h sur le parking de la salle des fêtes. Après un café de bienvenue, nous invitons les participants à une balade sur les chemins de Castelnau (12 km). Un apéritif est offert par l'ARAD, place d'Uzès, au terme de cette balade. Le pique-nique tiré du sac permettra aux uns et aux autres de faire connaissance et de partager leurs expériences en matière de randonnée pédestre.
L'après-midi est proposée une visite du village.

Nous espérons en ce dimanche 9 octobre 2016 une belle participation pour une belle cause...